Présentation

PrésentationCréé en 1948, l’Institut d’études politiques de Grenoble fait partie du réseau des neuf IEP français qui coordonnent leurs politiques sous l’égide de la Fondation nationale des sciences politiques.

Sciences Po Grenoble coopère plus particulièrement avec les IEP d’Aix-en-Provence et de Lyon. Ensemble, ils forment « Sciences Po Rhône-Alpes-Méditerranée », et le concours d’entrée en première année est commun aux trois IEP.

Il est rattaché, par convention, à l’université Pierre Mendès France, qui bénéficie d’une forte reconnaissance dans le domaine des sciences sociales.

Un enseignement pluridisciplinaire
Si, par son mode de sélection rigoureux (entrée sur concours uniquement), l’IEP de Grenoble appartient à la catégorie des grandes écoles, il s’en distingue par sa vocation pluridisciplinaire, et fournit à ses étudiants toute une palette d’outils de compréhension des problèmes contemporains. L’enseignement dispensé vise en effet à donner une très solide formation aux différentes sciences sociales (science politique, droit public, économie, histoire, relations internationales), et à transmettre une méthode de travail qui garantit une grande adaptabilité, quels que soient les choix professionnels ultérieurs.

Le Doctorat de Science politiqueUn suivi personnalisé
À l’IEP, l’étudiant est encadré, conseillé, guidé à chaque étape de sa formation. Ainsi, les conférences de méthode, qui regroupent moins de 25 étudiants, permettent par exemple un véritable échange entre enseignants et étudiants. Cet enseignement interactif facilite l’acquisition des outils de travail et le développement des capacités de synthèse et d’expression écrite et orale de l’étudiant.

Les nouvelles filmpornofrancais.fr technologies, notamment les intranets pédagogiques, sont par ailleurs de plus en plus utilisées.

Une formation professionnalisante
Avec un diplôme en cinq ans (3+2) et des masters en deux ans (années 4 et 5), la dimension professionnalisante de l’IEP est très forte. Les milieux professionnels sont d’ailleurs partenaires et acteurs de la formation des étudiants, parfois comme professeurs associés.

Autre point fort de cette politique de professionnalisation : l’année d’ouverture, qui peut se faire sous forme de stage en France ou à l’étranger, et qui permet à tous les étudiants de compléter leur formation sur le terrain

De nombreux débouchés
Grâce au caractère pluridisciplinaire de sa formation, et à la possibilité de se spécialiser en cours d’études, l’IEP offre de nombreux débouchés. Il forme des cadres supérieurs pour l’administration, les collectivités territoriales, les entreprises des secteurs industrielles et les services. Le diplôme permet également d’entrer dans les secteurs de la communication et porno des médias, des ressources humaines, de l’économie sociale.

Enfin, il permet de préparer les concours administratifs ou les grandes écoles de journalisme, et de poursuivre des études en troisième cycle jusqu’au doctorat, ouvrant ainsi aux métiers de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Le Doctorat de Science politique

Le Doctorat de Science politique
Le Doctorat de Science politique

Il est organisé dans le cadre de l’école doctorale « Sciences de l’homme, du politique et du territoire », dirigée par Guy Saez, directeur de recherche, PACTE/Cerat.
À leur inscription en thèse, les doctorants sont intégrés dans les équipes de recherche Cerat ou Cidsp de l’UMR PACTE XXX et participent aux activités du département « Sciences politiques et du territoire » de l’école doctorale. Les doctorants doivent valider 20 crédits ECTS au cours de leur parcours doctoral (3 ans). L’offre de modules donnant lieu à accréditation est très variée : séminaire doctoral, épistémologie des sciences sociales, recherches documentaires avancées, gestion de bases de données, stages de préparation à l’emploi, journées thématiques et diverses formes de participation aux équipes de recherche.

Cette formation doctorale poursuit un double objectif : • former des professionnels de la science politique (enseignement supérieur et organismes de recherche), • donner aux étudiants qui ne se destinent pas à l’enseignement supérieur et à la recherche, une formation de haut niveau, centrée sur les problèmes politiques contemporains, et adaptée à différents objectifs professionnels ciblés.

Tant au sein de l’école doctorale que des équipes de recherche qui les accueillent, les doctorants trouvent du soutien pour leur travail personnel et se familiarisent avec les normes professionnelles de la recherche collective. De plus, des facilités porno matérielles de travail leur sont réservées : chaque étudiant dispose d’un accès à l’intranet de l’école doctorale ; la salle Frédéric Bon est une salle de documentation spécialisée, équipée de micro-ordinateurs avec traitement de texte et accès à Internet. Ce lieu favorise les échanges entre étudiants venant d’horizons très différents : étudiants d’IEP ou de DEA, étudiants de science politique, de droit public, d’histoire, de sociologie… étudiants français et étrangers, élèves ingénieurs… Les doctorants disposent en outre de deux bureaux équipés en bureautique. Tout cet environnement intellectuel et matériel permet la formation de vrais professionnels de l’enseignement et de la recherche, qui réussissent assez bien à trouver des postes ces dernières années, dans une conjoncture pourtant difficile.

– Contact IEP – Valérie Perret – Valerie.perret@com.upmf-grenoble.it
Pour le retrait de la brochure détaillée et du dossier de candidature.

Les chiffres-clés

Les chiffres-clés

170 enseignants, dont 66 enseignants permanents.

65 chercheurs.

91 personnels administratifs, techniques et de documentation.

1200 étudiants, dont 700 pour le premier cycle de trois ans, plus de 300 pour le second cycle de deux ans, 50 doctorants, près de 150 étudiants étrangers.

Un centre de documentation riche de 100 000 ouvrages, 2 100 titres de périodiques, 20 000 dossiers de coupures de presse, qui permet aux étudiants d’avoir accès à internet, à de nombreux cédéroms, aux banques de données, à la documentation européenne et à un million de fiches analytiques de la FNSP et de fiches signalétiques de l’INSEE.

22 salles de cours et 5 amphithéâtres.

2 laboratoires (audiovisuel et langues). 4 salles informatiques.

Plus de 140 étudiants de l’IEP partent chaque année à l’étranger. 120 partent en stage, en France ou à l’étranger. L’IEP accueille chaque année des étudiants étrangers dans les mêmes proportions.

Plus de 5000 candidats au concours commun (Grenoble, Aix-en-Provence, Lyon) d’entrée en première année, 540 admis (180 par IEP).

70% de candidats admis aux concours administratifs préparés dans la filière Carrières publiques, la prép-ENA et le CPAG.

Plus de 7500 stagiaires qui ont participé à 400 séminaires de formation continue depuis 1987.